Comment sont financées les Journées Gourmandes ?

Manifestation organisée par l’APPGGM, association à but non lucratif, les Journées Gourmandes nécessitent un important budget indispensable pour régler toutes les dépenses, qu’elles soient d’installation, de communication, d’organisation et d’animation. Sans être exhaustif et à titre d’exemple, nous devons chaque année racheter de la moquette, des fournitures pour les stands, des sacs à remettre à l’entrée et des fournitures pour la buvette. Il faut payer les insertions dans la presse et l’affichage publicitaire, l’impression du programme et des bulletins de participation au tirage au sort. Nous devons acheter la plupart des lots remis aux participants aux concours, payer les musiciens et la sono etc.

Et depuis quelques années, les règlements concernant la sécurité des personnes et du bâtiment deviennent de plus en plus contraignants. Ils nécessitent une inspection préalable et la présence d’un agent d’une société spécialisée veillant à la conformité des installations et du déroulé du salon tout au long de la manifestation.

Il faut noter que toute l’équipe d’organisation est composée de bénévoles qui ne perçoivent donc aucune rémunération et qu’elle bénéficie au moment du salon de l’aide d’amicales ou de clubs locaux sans lesquels il ne serait pas possible de contenir les dépenses dans les limites des recettes prévisibles. Pour certains bénévoles, une indemnité est versée pour compenser certaines dépenses telles que les déplacements.

Concernant les recettes, l’association demande une participation en contrepartie de la mise à disposition des stands et des emplacements pour les exposants et les restaurateurs. Comparés à des manifestations similaires, les tarifs sont parmi les plus bas du marché. La vente des billets d’entrée constitue également un poste de recettes significatif. Également important : les annonceurs. Ils contribuent aux recettes, que ce soit par la publicité sur le guide programme ou sur panneaux situés dans l’enceinte de la manifestation et plus particulièrement à l’entrée. Certains sont des partenaires privilégiés dont l’apport en numéraire ou en services contribuent plus largement à l’équilibre des comptes. Bien évidemment, si vous souhaitez participer à ce financement, vous êtes les bienvenus ! Il reste encore des possibilités de mettre en avant les produits et services de votre entreprise. N’hésitez pas !

yx9a2607imgp0887

Les autres sources de recettes sont diverses : vente à la buvette, tombola journalière, vente de produits griffés Journées Gourmandes. Chaque année se pose la question de l’évolution des tarifs. Compte tenu de l’évolution des coûts vers le haut (hélas inévitable !), de légères augmentations sont décidées au coup par coup pour certains tarifs tout en veillant à conserver des prix attractifs tant pour les visiteurs que pour les exposants.

yx9a2688
Le partenariat avec la ville de Saulieu permet d’offrir une entrée au musée François Pompom
imgp0656
La boutique où sont vendus les produits griffés Journées Gourmandes et où une vitrine gourmande est à gagner chaque jour
imgp0682
La garderie est gratuite


img_0490
Les invités d’honneur sont hébergés aux frais de l’Association
yx9a2439
Les établissements LACANCHE fournissent le matériel de cuisson pour les concours et démonstrations culinaires
yx9a2483
Les agents des services techniques de la ville de Saulieu procèdent à l’essentiel de l’installation

Enfin, une part importante des apports est issue de subventions publiques provenant de la commune de Saulieu, du département de la Côte d’Or et de la Région Bourgogne Franche-Comté. Ces subventions sont malheureusement en diminution constante depuis plusieurs années mais l’on sait les difficultés qu’ont les collectivités territoriales à faire face à leurs dépenses. Le contexte de changement de structures et de répartition des compétences engagé ces dernières années n‘est bien sûr pas favorable à l’utilisation des deniers publics pour soutenir des projets de ce type même si nous sommes convaincus que notre manifestation contribue au développement économique et social de notre région.

L’équilibre des comptes est donc toujours un exercice délicat. L’association parvient depuis plusieurs années à terminer l’année avec un bilan positif lui permettant d’une part de préserver un fond de roulement indispensable à la réalisation des achats préalables et d’autre part de disposer des sommes pour investir. Il est en effet nécessaire de renouveler le matériel et d’améliorer petit à petit les conditions d’accueil du public.

Le Présidents Jean-Paul DUVIQUET est sur place peandant tout le temps de l'installation
Le Présidents Jean-Paul DUVIQUET est sur place pendant tout le temps de l’installation

Ainsi, l’association s’efforce de proposer chaque année un salon modernisé et adapté aux attentes légitimement toujours plus exigeantes des visiteurs.

bandeau

Qui est-ce qui la féra ?

Au menu du concours des Lycées hôtelier : filet de féra et composition végétale.

Qu’est-ce que la féra ?

La féra est un poisson d’eau douce de la famille des salmonidés, que l’on trouve dans les profondeurs du lac Léman, où il aurait quasiment disparu dans les années 20. On attribue sa quasi-disparition à l’eutrophisation* de son milieu.
Espèce indigène au Léman et aux autres lacs du centre de l’Europe, la féra fut introduite à partir de 1880 dans le lac d’Annecy et dans celui du Bourget.
La féra à fait l’objet d’une réintroduction massive sous forme d’alevins.
La féra mesure 50 cm environ et possède une chair blanche et très délicate, mais fragile et supportant mal le transport.

Elle a peu d’arêtes, ce qui est rare pour un poisson d’eau douce.
Hôte des grands lacs alpins et jurassiens, aux eaux froides et profondes, la féra est également appelée « lavaret » dans le lac du Bourget et « corégone », « palée », « bondelle » ailleurs. C’est un poisson noble au même titre que l’omble chevalier. La féra est de couleur blanc-gris voir blanc-bleu. On prépare la féra à l’anglaise, meunière, au bleu, au vin rouge ou pochée ou encore à la poêle, au four ou au barbecue. Vous avez le choix !

La féra fit la renommée du « Père Bise » à Talloires lequel fut un des grands chefs de la cuisine française. Nos lycées hôteliers seront-ils à la hauteur ? Rendez-vous le 27 mai à l’Espace Jean Bertin pour assister au concours.

  • L’eutrophisation est le phénomène d’asphyxie des écosystèmes aquatiques résultant de la prolifération d’algues, qui consomment tout l’oxygène nécessaire à la vie de l’écosystème. Ce phénomène résulte d’un apport trop riche de substances nutritives dans la rivière ou dans le lac concerné. Cette pollution de l’eau est principalement due au phosphore (contenu dans les phosphates, présents dans les lessives notamment) et à l’azote (contenu dans l’ammonium et les nitrates présents dans les engrais).
Concours Bernard Loiseau des lycées hôteliers

Les Journées Gourmandes, ça se prépare !

Ce jeudi 2 février, Jean-Paul DUVIQUET, Président des Journées Gourmandes, a reçu une délégation de l’Office de Tourisme de la Chapelle d’Abondance  pour faire une première mise au point de la participation de cette éminente station touristique aux Journées Gourmandes 2017.

La délégation était composée de Didier CRUZ, vice-président de l’Office de Tourisme, Ludovic MUSSCHE, administrateur de l’Office de Tourisme et restaurateur qui proposera un menu savoyard au sein de village de l’invité d’honneur ainsi que de Philippe ADAM, Directeur de l’Office de Tourisme de la Chapelle d’Abondance.

imgp2933-1024x672
Philippe ADAM, Jean-Paul DUVIQUET, Didier CRUZ, et Ludovic MUSSCHE

Implantation des stands, décoration, restauration, hébergement, communication, animations et déroulé des journées …  tous les thèmes ont été abordés. Les échange vont se poursuivre par mail et par téléphone pour caler tous les points de détail et ne rien laisser au hasard.

imgp2923-1024x678imgp2928-1024x678

D’ores et déjà, nous pouvons vous assurer que la participation de la Chapelle d’Abondance va fortement contribuer à faire de cette 28ème édition une réussite.

Pour en savoir plus sur La Chapelle d’Abondance Les Portes du Soleil :   http://www.lachapelle74.com/ 
imgp2931-1024x678

La Chapelle d’Abondance, invité d’honneur 2017

Un Cadeau de la Nature!

C'est en Haute-Savoie, au cœur d'un site grandiose, que le village traditionnel de la Chapelle d'Abondance vous ouvre toute la générosité de sa vallée où culminent les Cornettes de Bise et le Mont de Grange (2 433 m).
La Vallée d'Abondance fait partie du massif alpin du Chablais. Au milieu de ses pâturages coule une rivière, la Dranse, qui va se jeter dans le lac Léman.
Tous les amoureux de la montagne, été comme hiver, vont être gâtés :
En été, à pied ou à V.T.T.parcourez 750 km de sentiers entre la Suisse et la France. 
Découvrez les plaisirs de l'eau vive, de la pêche, d'une chevauchée à travers les Portes du Soleil ou simplement de la sieste, dans un calme absolu !
Autours d'une table conviviale de qualité, dégustez une cuisine aux saveurs prononcées
de terroir qui allie savoir-faire  et originalité.
Alors laissez-vous porter par cette montagne millénaire où chacun d'entre-vous trouvera la recette subtile de toutes ses libertés, et surtout... régalez-vous !
En hiver, point de départ des Portes du Soleil , la Chapelle d'Abondance, station de ski familiale, vous offre 450 km de pistes de ski alpin, 35 km de pistes de ski nordique (double traçage : Skating et alternatif) et des sentiers balisés pour les inconditionnels de la raquette.

Un beau week-end de l’Ascension

Les Journées Gourmandes 2016, c’est terminé. L’organisation a profité de ce beau week-end de l’Ascension, pratiquement le seul pont du printemps et en tous cas le seul à être ensoleillé. Bilan positif avec 8900 visiteurs, en progression sur 2015 et une satisfaction unanime des visiteurs autant que des exposants.

La confrérie du Veau de lait élevé sous la mère du pays d’Objat était en venue en force avec ses produits locaux et ses pommes du Limousin AOP. Le succès fut tel que, le dimanche, on notait une rupture de stock à la boucherie, rendant impossible le service du déjeuner.

Les modifications de la disposition de certains espaces, la création d’un « village » pour l’invité d’honneur, ainsi que la mise en place d’un estrade et d’un retour sur écran des tables de cuisine furent très appréciées.

Beau succès également des concours de cuisine qui révélèrent des talents prometteurs ou confirmés et se situèrent à haut niveau, confirmant ainsi le goût du public pour la gastronomie.

Au final, une très belle édition qui va nécessiter de faire mieux l’an prochain en préservant la qualité des productions présentée, une animation attractive et l’accueil des visiteurs.

Le jury délibère sous l'oeil des visiteurs du salon
Le jury délibère sous l’oeil des visiteurs du salon

Vendredi, jour maigre, mais pas pour les acheteurs

Comme chaque année, le vendredi est la journée la moins chargée des quatre journées du salon. Mais c’est aussi le jour des acheteurs qui ont repéré les bonnes affaires la veille et qui peuvent traiter calmement avec les producteurs.
La confrérie du veau de lait élevé sous la mer (auquel cas les veaux ont des branchies), ou plutôt sous la mère, du pays d’Objat, invitée d’honneur, a bien vendu ses pièces de viande, au risque de manquer de denrées le dimanche. L’assiette de veau avec ses pommes sautées et ses cèpes a remporté un franc succès.
Du côté des producteurs régionaux, les affaires sont également satisfaisantes, quel que soit le type de produit proposé.
Pour la deuxième journée les démonstrations culinaires ont succédé au concours des tartes de mamie et papy,  sur le thème de la tarte Tatin. De belles récompenses attendaient le gagnant et tous ont bénéficié d’un panier garni.
Ce samedi, concours des lycées professionnels avec deux types d’épreuves : le concours des arts de la table, réservé aux sections service qui doivent présenter et préparer un melon au jambon de Parme sur un table dressée par leurs soins dans l’idée d’un repas de St Valentin et le concours de cuisine sur le thème du veau. Patrick Bertron, chef du Relais Bernard Loiseau et Mercotte célèbre blogueuse culinaire, faisaient partie du jury.

image

image

image

image

Première journée pleinement réussie

Jeudi 5 mai.  Dès 10h00 les premiers visiteurs se pressent aux caisses. Grosse affluence tout au long de la journée. Au menu, le concours des petits chefs le matin et démonstrations culinaires l’après midi.

image

Ce sont deux petits chefs qui se sont partagés le premier prix après avoir cuisiné un cake aux fruits bien décoré et sa crème anglaise.
Au menu des démonstrations culinaires,  une côte de veau fournie par la Confrérie du Veau de lait élevé sous la mère, invitée d’honneur de ces 27ème Journées Gourmandes, cuisinée en public par Patrick Bertron, chef du Relais Bernard Loiseau, a débuté ces démonstrations.  Le public a ensuite pu goûter au plat et entendre les réponses aux questions qu’il lui ont posé.
Les ravioles de betteraves farcies au saumon et au Brillat Savarin ont été préparées par Jean-Alain Poitevin du Château de Chailly.  Enfin,  Arnaud Barande a préparé un merlan de ligne accompagné de son crumble de parmesan et d’un espuma d’estragon. À chaque fois des assiettes de dégustation ont régalé le public.

image

La journée s’est terminée par une nocturne animée par le duo Bal Taquin qui a suivi l’inauguration officielle. Le sous-préfet de Montbard,  les sénateurs Anne-Catherine Loisier et François Patriat ainsi que Michel Neugnot, représentant Mme Dufay, Présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté ont pris la parole après le discours l’accueil de Jean-Paul Duviquet président de l’association organisatrice et celui de Dominique Loiseau,  présidente d’honneur.

image

Ce vendredi, encore beaucoup de visiteurs et beaucoup d’acheteurs dont les exposants font écho.